AccueilEconomieSophia Antipolis : Equilis fait le pari de la mixité

Sophia Antipolis : Equilis fait le pari de la mixité

Cet opérateur venu de Belgique lance les travaux d'un complexe de 25 000 m² avec presque autant de surfaces de bureaux que de logements. Une première dans la technopôle.
Les bureaux de la Canopée seront à ossature bois avec de grandes façades vitrées.
(Crédit : Equilis) - Les bureaux de la Canopée seront à ossature bois avec de grandes façades vitrées.

Economie Publié le ,

Route des Crêtes à Valbonne, sur l'ancien site des Terrasses de Sophia, Equilis démarre, avec la phase de démolition et de désamiantage, le chantier de "La Canopée". Un vaste projet de 25 000 m² et de plus de 100 millions d'euros d'investissements, aujourd'hui opérationnel après les phases d'obtention du permis de construire et de modification du PLU de la commune.

Il va conjuguer développement de la mixité et renouvellement urbain au cœur de la technopôle, en utilisant à la fois une friche immobilière à l'abandon depuis plusieurs années et en réaménageant des bâtiments existants. « Dix lots ont été attribués et signés et il reste quelques lots à finaliser. Ils le seront au cours des prochains mois » confirme Laurent Tirot, ex-directeur général adjoint groupe de Bouygues Immobilier, à la tête depuis mars dernier de la filiale française d'Equilis. Cet opérateur multi-spécialisé, venu de Belgique, est présent dans plusieurs pays européens dont la France. Sur ce dernier marché, où il se développe depuis six ans, Equilis s'est implanté en PACA avec des réalisations à Avignon et Grimaud et la poursuite d'opérations au sein de l'écoquartier de Beaulieu à Monteux (600 logements et 14 000 m² de commerces).

Les logements, sous la forme d'îlots, seront réalisés de part et d'autre de la zone tertiaire. (Crédit : Equilis)

La société est également active en Ile de France et deux bureaux ont été ouverts dans ces régions. Des développements sont prévus en région lyonnaise et dans l'ouest avec des projets commerciaux, en partenariat, à Clermont-Ferrand et à Tours.

Presque tout le stationnement en sous-sol

"La Canopée", sur plus de 3,5 hectares, va marquer l'urbanisme de la technopole en associant étroitement habitat et lieu de travail, en favorisant les mobilités douces (95 % du stationnement-plus de 800 places seront enterrées) et en privilégiant la qualité environnementale et l'intégration paysagère. Sur ce site en dénivelé (36 mètres), la partie centrale est dédiée au tertiaire avec deux bâtiments de bureaux et un restaurent totalisant 13 000 m², aménagés à la fois en réhabilitant les ouvrages existants et en créant des surfaces supplémentaires.

En partie amont, seule la partie infrastructure déjà construite est conservée et prennent place en superstructure des logements sous la forme d'une série d'îlots de petite hauteur. Même approche en partie aval avec une autre série d'îlots d'habitation. Au total, la partie logement du projet représente 12 000 m² (212 unités dont 120 logements libres et 92 logements sociaux). Pour les circulations, des cheminements doux à partir d'un parvis central irriguent les différentes composantes de l'opération. Pour l'approche paysagère, Equilis revendique une restauration de la zone : l'emprise au sol est limitée à moins de 12 000 m² et plus de 19 000 m² seront des espaces verts de pleine terre ou de plus de 80 cm de haut.

Projet mixte bois et béton

Entre autres, sont prévues des toitures végétalisées sur les bâtiments pour leur intégration dans le site. « Pour compenser les défrichements, 600 arbres seront replantés à Valbonne et dans une autre commune des Alpes-Maritimes, en accord avec l'ONF » ajoute Laurent Tirot. Projet démonstrateur du savoir faire d'Equilis dans la réhabilitation de friches et la limitation de l'artificialisation des sols, La Canopée va répondre à une double certification Breeam mention very good pour les bureaux et au label Effinergie -20 % pour les logements.

Pour les matériaux, le projet sera mixte avec des bureaux à ossature bois, façades vitrées et centrale photovoltaïque en toiture et des logements en béton. La conjoncture immobilière n'est-elle pas un obstacle au lancement d'un tel projet ? « L'Urssaf a acquis un des bâtiments de bureaux pour regrouper l'ensemble de ses services Sud-Est et le groupe 3F ainsi que les logements sociaux de l'opération en Vefa. Cela nous permet d'engager la réalisation de l'opération qui peut être phasée » précise Laurent Tirot. La partie tertiaire restante et 60 logements libres sur les 120 du programme sont actuellement en commercialisation.

Le développement va se poursuivre

La livraison de La Canopée est prévue en 2026 et Equilis ne compte pas s'arrêter là avec 400 millions d'euros d'investissements à réaliser sur le marché français. Déjà un nouveau projet mixte est à l'étude à Sophia Antipolis et ce promoteur veut continuer à se développer sur le créneau des projets à forts enjeux urbains et territoriaux, en privilégiant la réhabilitation et la reconquête de sites, l'adaptation aux nouveaux modes de vie d'habitat et de travail, l'approche environnementale, etc.

Autre principe mis en œuvre dans la mise au point et la réalisation des projets : le recours aux savoir-faire, aux compétences et à l'ingénierie locale comme pour La Canopée, un projet qui a été conçu par l'architecte azuréen Robert Capelier avec le bureau d'étude Projex (Aix-en-Provence) et le paysagiste Jean-Agapit Paqueteau (Nice).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 avril 2023

Journal du12 avril 2023

Journal du 05 avril 2023

Journal du05 avril 2023

Journal du 29 mars 2023

Journal du29 mars 2023

Journal du 22 mars 2023

Journal du22 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?